Archives de la programmation

 

 

visuel Benjamin Soligny / Paris Musées

Samedi 10 octobre 2015

à 10h 30 :

 

Balade sur les traces des ateliers de Thomas Couture dans le 9e arrondissement.

 

Avec Thierry Cazaux.

A l’occasion de l’accrochage Thomas Couture au musée de la Vie romantique, dans le cadre des manifestations du bicentenaire de sa naissance.

 

Rendez-vous dans la cour du musée de la Vie Romantique. 

Lundi 2 novembre 2015

à 18h00 :

 

Vernissage de la nouvelle exposition du musée de la Vie romantique :

 

Visages de l’Effroi, violence et fantastique de David à Delacroix.

 

Vous recevrez prochainement l’invitation à cette soirée. Une visite privilège de l’exposition sera programmée au mois de février. 

Lundi 9 novembre  2015,

à 19h30 : 

 

Concert

 

Simon Adda-Reyss, piano

Robert DeMaine, violoncelle

 

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Sonate n°1 pour violoncelle et piano en ut  mineur op.32

Serge Rachmaninov (1873-1943) : Sonate pour violoncelle et piano en sol mineur op.19

 

Concert à 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr 

Lundi 23  novembre

à 14h30 :

 

Visite privilège de l’exposition, le jour de fermeture du musée.

 

Fantastique ! L’estampe visionnaire de Goya à Redon, au Petit Palais.

 

avec Valérie Sueur, conservateur à la BNF, commissaire de l’exposition.

 

Visite gratuite

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr 

Dans le cadre de l'exposition Visages de l'effroi

 

Lundi 14 décembre 2015

à 19h30 :

 

Concert

 

Antony Lo Papa, ténor

Isabelle Grandet, piano

 

Christoph Willibald Gluck (1714-1787), Joseph Haydn (1732-1809),  Johann Rudolf Zumsteeg (1760-1802),  Carl Friedrich Zelter (1758-1832), Carl Loewe (1796-1869), Franz Schubert (1797-1828), Hector Berlioz (1803-1869), Robert Schumann (1810-1856) : Lieder et ballades

 

Concert à 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr 

Dans le cadre de l'exposition

Visages de l'effroi

 

Lundi 1 février 2016

à 19h30 : 

 

Concert

 

François Dumont, piano

 

Frédéric Chopin (1810-1849), Scherzi et ballades.

 

Concert à 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr 

Dans le cadre de l’exposition

Visages de l’effroi

 

Samedi 6 février 2016 de 18h30 à 20h00

 

3 concerts

 

La Société des amis du musée de la Vie romantique est heureuse d’offrir au public du musée une soirée de concerts.

Soirée gratuite

 

18h30 : Marina Pizzi joue

Robert Schuman

 

19h00 : Yuko Sonoda joue

Robert Schuman et Franz Liszt

 

19h30 : Marie-Ange Nguci joue Maurice Ravel et György Ligeti. 

Lundi 8 février 2016 à 18h30

 

Soirée littéraire

 

Présentation de l’ouvrage

 

Figures du Génie dans l’art français, 1802-1855

 

aux Presses Universitaires de Paris-Sorbonne,

 

par l’auteur, Thierry Laugée, maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne. 

Lundi 15 février 2016,

à 19h30 :

 

Dé-vernissage « Visages de l'effroi »

 

Musiques de  l'effroi romantique : une promenade dans l'exposition  autour  d'interventions musicales  dans les deux ateliers

 

Soirée gratuite

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr 

Mercredi 17 février 2016 à 18h30

à la Mairie du 9e arrondissement 

 

Conférence

En collaboration avec l’association

9e Histoire

 

La prise des barrières de l’octroi des quartiers nord-ouest en juillet 1789

 

par Momcilo Markovic,

Enseignant et docteur en Histoire. 

Jeudi 17 mars 2016 à 18h00

 

Visite privilège

 

Présentation de

« Delacroix en modèle »

Nouvel accrochage du Musée Delacroix

 

par Dominique de Font-Réaulx, directrice du Musée Delacroix.

Lundi 28 mars 2016 à 19h30

 

Concert

 

Valeria Kafelnikov

 

Miroirs

concert à trois harpes

 

Concert à 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

Lundi 2 Mai  2016 à 19h30

 

Concert

 

Valentina Igoshina

 

Piano 

Modeste Moussorgski (1839-1881) :

Les Tableaux d'une exposition

Maurice Ravel  (1875-1937) :

Gaspard de la nuit

 

Formée au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, lauréate de plusieurs concours internationaux (concours Rubinstein en Pologne (1993), concours international de piano Serge Rachmaninov à Moscou (1997), Concours International Reine Elisabeth à Bruxelles (2003), Valentina Igoshina joue un répertoire très variée, et mène, tant en France qu'à l'étranger, une carrière de soliste et de chambriste, tout en enseignant à Paris et lors de master class.

 

Concert à 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

Lundi 6 juin 2016 à 19h30 

 

Concert

 

Thibault Cauvin

 

Récital de guitare dans les salons d'une  demeure privée de la Nouvelle Athènes

 

Issu d'une famille de musicien, Thibault Cauvin se produit en soliste dans toutes les grandes salles de concerts après avoir remporté treize premiers prix internationaux. Après son septième disque consacré à Isaac Albeniz, sorti sous le label Vogue Sony Music, le huitième paraît à l'automne 2015.

 

Concert à 30€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

Lundi 3 octobre 2016 à 19h30

 

Concert

 

Yuko Sonoda, piano

 

Carl-Maria von Weber :

Sept variations sur un chant bohémien  op.55 (1817)

Invitation à la Danse   op.65 (1817)

Ludwig van Beethoven

Sonate n°30 en mi majeur, op.109 (1821)

Richard Wagner - Franz Liszt :

Tannhäuser (1848) : Ouverture

« Romance à l'étoile »  (O du mein holder Abendstern)

 

Concert à 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

 

Après avoir obtenu son diplôme de l’Université des Arts de Kyoto en 2002, Yuko Sonoda s’installe en France grâce à une bourse du Rotary Club International. Diplômée des conservatoires régionaux de Versailles et Paris, elle joue régulièrement en tant que soliste et en musique de chambre au Japon (Tokyo, Kobe, Osaka), en Autriche (Vienne), en Belgique (Bruges) et en France. 

Lundi 24 octobre à 10h00

 

Visite privilège de l’exposition

 

Spectaculaire Second Empire

 

Au musée d’Orsay

Par Marie-Paule Vial, commissaire de l’exposition

 

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr 

Lundi 7 novembre 2016 à 19h30

 

Concert

 

Alice Fagard, mezzo-soprano

Honoré Bejin, piano

 

Un récital de mélodies et de Lieder sur des poèmes de Baudelaire :

 

Gabriel Fauré ; Henri Duparc ; Claude Debussy, Alexander Zemlinsky ; André Caplet ; Alban Berg ; Jean Cras.

 

Concert à 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

 

Alice Fagard se forme en chant dès 2001 dans la classe de Daniel Delarue. Elle a suivi des master classes avec Natalie Dessay, Christiane Oelze, Felicity Lott, ainsi qu’avec Ruggero Raimondi.

En 2013, on l’a entendue dans La voix humaine de Poulenc, et dans Les sept péchés capitaux de Kurt Weill. Elle chante la partie de mezzo-soprano dans la Petite Messe solennelle de Rossini en 2014 puis en 2016. Elle chante dans les ensembles Euridice 1600-2000, Canto allegre, La Chambre concertante et Opera è mobile.

 

Né en 1986, Honoré Béjin a obtenu 5 premiers prix du CNSM, dont en 2008 le Prix de Piano accompagné du Prix spécial Olivier Messiaen, attribué par la Fondation Meyer. Il est également 1er Prix du Concours de piano Steinway, 1er Prix du Concours de San Sebastian (Espagne), Grand Prix du Concours de Collioure.

Il se produit régulièrement en récital et en musique de chambre, (Festival Chopin de Bagatelle, Festival de Nohant, Fondation Dosne-Thiers...).

Honoré Béjin est actuellement professeur de piano au CRR de Cergy-Pontoise.

 

 

Mercredi 16 novembre à 19h00

 

Visite privilège de l’exposition

 

L’œil de Baudelaire

 

Au musée de la vie romantique

Par Robert Kopp, commissaire de l’exposition

 

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

 

 

Lundi 26 mars 2018 à 19h30

Musée Henner

43, avenue de Villiers - 75017 Paris

Concert

Trio Marie Nodier

Claire Voisin, clarinette

Cécile Achille, soprano

Marina Pizzi, piano

 

Franz Lachner (1803-1890) - Adelbert von Chamisso

Fraunliebe und -Leben op.82

pour soprano, clarinette et piano

 

Louis Spohr (1784-1859) :

Sechs deutsche Lieder für eine Singstimme, Klarinette und Klavier, op. 103 (6 Lieder allemands pour voix, clarinette et piano- 1837)

n° 1 Sei still mein Herz (Calme-toi, mon cœur/(« Ich wahrte die Hoffnung tief in der Brust ») (Schweitzer)

n° 2 Zwiegesang (Duo/ « Im Fliederbusch ein Vöglein saß ») (Robert Reinick)

n° 3 Sehnsucht (Ardent désir/ « Ich blick in mein Herz und ich blick in die Welt ») (Emanuel von Geibel)

n° 4 Wiegenlied (Berceuse/ « Alles still in süßer Ruh ») (Hoffmann von Fellersleben)

n° 5 Das heimliche Lied (Le chagrin secret/ « Es gibt geheime Schmerzen ») (Ernst Koch)

n° 6 Wach auf ! (Eveille toi !/ « Was stehst du lange und sinnest nach? ») (anonyme)

 

Clara Schumann  (1819-1896) – Heinrich Heine :

Die Lorelei, ICS 10

pour soprano et piano

 

Franz Liszt (1811-1886) – Heinrich Heine :

Die Lorelei , S. 273/2

pour soprano et piano

 

Frédéric Chopin (1810-1849 ) : 

Préludes pour piano op.28 : n°24, 23, 14, 11, 4

 

Johannès Brahms  (1833-1897) :

Sonate n°1 op 120 pour clarinette en sib et piano  :  1er mouvement

 

Johannès Wenzeslaus  Kalliwoda  (1801-1866)

Heimathlied op.117

pour soprano,  clarinette et piano

 

Franz Schubert  (1797-1828) – Wilhelm Müller :

Der Hirt auf dem Felsen (Le Pâtre sur le rocher D.965)

pour soprano, clarinette et piano

Trio Marie Nodier

C’est dans l’écrin du Musée de la Vie Romantique que Cécile Achille, soprano, Marina Pizzi, pianiste, et Claire Voisin, clarinettiste, fondent le trio Marie Nodier. Toutes trois se rencontrent pendant leur formation en Master de pédagogie au  Conservatoire national supérieur de musique et de danse  de Paris. Elles approfondissent leur relation humaine et musicale à l'occasion d'un concert dans ce musée parisien. Une affinité s'installe. Plus tard, leurs routes se croisent à nouveau et elles décident de s'investir plus pleinement dans un travail en trio.

Leur répertoire s'étend des romantiques allemands aux esthétiques contemporaines. Elles enregistrent ensemble Spohr, Schubert et ont notamment pour projet du moment de faire redécouvrir certains compositeurs britanniques méconnus de ce côté-ci de la Manche. Elles proposent des concerts à géométrie variable où le piano seul prend parfois la parole entre deux lieder en duo ou trio. En baptisant leur formation du nom de la muse des romantiques, ces interprètes portent l'envie de faire naître autour d'elles l'élan musical et poétique insufflé dans sa jeunesse par cette poétesse et compositrice.

Concert à 20€, payable le soir même.

 

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

 

Visite expositions

Samedi 24 février à 14h

 

Visite privilège de l'exposition :

Dessiner pour bâtir .Le métier d'architecte

au XVIIe siècle 

(13 décembre 2017-12 mars 2018).

Avec son commissaire, Alexandre Gady.

Hôtel de Soubise-Archives nationales 

Malgré la fermeture du musée jusqu'au début du mois de juin, nous continuerons à vous proposer

concerts et visites pour ce semestre de printemps.

 Concerts

Le lundi 21 mai 2018 - 19h

Nous serons dans une demeure particulière de la Nouvelle Athènes, au 3 de la rue Chaptal pour un programme proposé par : 

Christophe Coin, violoncelliste

Pierre-Yves Hoquet, pianiste 

autour de variations sur des thèmes de La Flûte enchantée de Mozart, témoignages de l'engouement   suscité   par ce
chef-d’œuvre dès  sa création.

Nombre de places limité.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

Le  lundi 25 juin 2018 - 19h

Nous fêterons la réouverture du Musée sur le thème d'une soirée chez  notre hôte, Ary Scheffer, avec de nombreux musiciens  autour du piano et dans  le jardin, avec un buffet campagnard.

 

 

 

 Visites exposition

 

lundi 7 mai 2018 à 16h

Petit Palais 

 « Les Hollandais à Paris ».  Avec Stéphanie Cantarutti, commissaire de l'exposition,

Inscription obligatoire par mél à samvr@outlook.fr

 

Mardi 12 juin 2018 à 9h30

Musée du Louvre

Delacroix en compagnie du co-commissaire de l'exposition, Côme Fabre.

Inscription obligatoire par mél à samvr@outlook.fr

 

Pour la visite des expositions le groupe sera limité à 20/25 personnes

Le lieu du  rendez-vous vous sera précisé par courriel après inscription.

 

 

A noter  les dates des  quatre prochains concerts de la rentrée 2018 

 

Lundi 24 septembre 2018

Lundi 5 novembre 2018, dans le cadre de l'accrochage  Markus Lüpertz (vernissage le 15 octobre)

Lundi 3 décembre 2018

Lundi 11 février 2019 

 

Concert

lundi 24 septembre 2018  à 19h30

Nous accueillerons le Trio Cambini

Julien Chauvin : violon

Pierre-Eric Nimylowycz : alto

Atsushi Sakaï : violoncelle

 

 

 

 

Programme :

 

Jean-Sébastien Bach                           

Suite pour violoncelle seul en do M n°3 BWV 1009

Wolfgang Amadeus Mozart               

Duo pour violon et alto en sol M

Ludwig van Beethoven                       

Trio opus 9 en sol majeur n°1

Concert 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

 

 

 

 

 

 

Prochains concerts

Lundi 5 novembre 2018

dans le cadre de l'accrochage Lupertz

(vernissage le 15 octobre)

Julien Blanc, avec le concours de piano d'Orléans

Bach, Suite anglaise en la mineur

Beethoven, Opus 111

Stockhausen, Klavierstück IX

Lachenmann, Guero

(Filidei, Toccata)

 

 

Lundi 3 décembre 2018

Marie-Ange Nguci, piano

 

 

Concert

lundi 3 décembre 2018  à 19h30

Nous accueillerons 

Marie-Ange Nguci

 

Biographie :

Pianiste précoce, Marie-Ange Nguci a obtenu son Master de piano avec la mention Très Bien à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) en 2014, à l’âge de 16 ans, avant d’y recevoir le Diplôme d’Artiste Interprète en juin 2016.

Sans cesse curieuse aussi bien musicalement qu’intellectuellement, elle poursuit actuellement ses études en Doctorat d’Interprète de la Musique, ainsi qu’en Master d’Analyse musicale et Musicologie, au CNSMDP et à l’Université de Paris-Sorbonne. Une année passée à l’Universität für Musik und Darstellende Kunst de Vienne lui permet d’étudier la direction d’orchestre. Elle est par ailleurs titulaire du Prix d’Ondes Martenot, ainsi que du Master de Pédagogie-Piano et du Certificat d’Aptitude de Professeur, décernés par le CNSMDP.

Le talent de Marie-Ange  Nuci a été reconnu dès son premier concours, lorsqu’elle obtient le Premier Prix du Concours International de Lagny-sur-Marne en 2011. En août 2015, elle remporte à New York le Premier Prix du MacKenzie Awards International Piano Competition. Elle est également lauréate de la Fondation L’Or du Rhin, l’ADAMI, la Fondation Meyer, la French American Piano Society, l’International Academy of Music in the Principalty of Liechtenstein, la Yamaha Music Foundation. Elle reçoit le Prix Charles Oulmont 2016, et est lauréate du projet  « L’Europe du Piano ».

Le répertoire de Marie-Ange  Nguci est très large, s’étendant des baroques, classiques et romantiques, jusqu’aux grandes œuvres de la musique contemporaine. Particulièrement attentive à la musique de notre temps, Marie-Ange a travaillé auprès des compositeurs Thierry Escaich, Bruno Mantovani, Graciane Finzi et Karol Beffa pour préparer l’interprétation de leurs œuvres.

Elle s’est produite dans des salles telles que la Cité de la Musique - la Philharmonie, le Théâtre des Champs-Elysées ou la Salle Cortot à Paris, le Palais de l’Athénée à Genève, le Royal Albert Hall à Londres. Elle participe à de nombreux festivals parmi lesquels le Festival de piano de La Roque d’Anthéron, les Folles Journées de Nantes, de Tokyo et d’Ekaterinburg, le Festival de la Grange de Meslay, le Festival Chopin de Bagatelle, le Festival Les Solistes à Bagatelle, le Festival Piano aux Jacobins, le Festival Chopin à Nohant, le Festival Les Musicales d’Arradon, le Festival Piano en Valois, le Kissinger Sommer à Bad Kissingen, la Beethovenfest à Bonn, la Musikmesse à Frankfurt, le Klavierfestival Essen, le Klaviersommer de Wesel, le Festival It’s all about piano de Londres, l’International Keyboard Institute and Festival, le Merkin Concert Hall, ou l’Elebash Recital Hall de New York.

Marie-Ange Nguci a réalisé pour le label Mirare un disque intitulé « En Miroir », et récompensé par un « Choc » Classica de l’année 2018.

 

Programme :

 

Franz Liszt (1811-1886) :

les Années de Pèlerinage - Troisième année S.163 :

-Aux cyprès de la Villa d'Este - Thrénodie I

-Les jeux d'eau de  la Villa d’Este

 

Robert Schumann (1810-1856)  :

Kreisleriana op.16

 

Camille  Saint-Saëns  (1835-1921) :

Les Cloches de Las Palmas, op.111 n°4

Toccata d’après le final du Concerto « L’Égyptien », op.111 n°6

Concert 20€, payable le soir même.

Réservation obligatoire à samvr@outlook.fr

Prochains concerts

Lundi 11 février 2019

Lundi 11 mars 2019

Visite exposition

mercredi 28 novembre 18h30

Musée Victor Hugo

Place des Vosges

exposition Caricatures

inscription obligatoire à samvr@outlook.fr

 

 

© Jean-Baptiste Millot pour Aparté

 

Concert

 Lundi 11 février 2019 19h30

A l'occasion de la sortie de leur disque, nous recevons

Cyrille Dubois, ténor

Tristan Raës, piano

 

Franz Liszt

mélodies et Lieder

inscription par courriel obligatoire

participation au concert : 20€

Biographie

Cyrille Dubois et Tristan Raës se rencontrent en 2008 au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dans la classe de Lied et Mélodie d’Anne Le Bozec et Emmanuel Olivier,  dont ils obtiennent le prix à l’unanimité en 2009. Ils bénéficient des conseils de Jeff Cohen et Anne Grapotte pour la mélodie, et approfondissent leur approche du lied avec Helmut Deutsch, dans le cadre de master-class au Musée d’Orsay.

En 2010, ils remportent le Concours de Lied et Mélodie Nadia et Lili Boulanger. Cette récompense marque le début de leur partenariat en concerts et signe l’essor du duo Constrate.

Ils se produisent alors en récital dans de nombreux festivals, tels « ArsTerra » où ils  interprètent  leurs premiers  Dichterliebe  de Schumann ; « les Jeunes talents » à la fondation Singer Polignac ; au musée Claude Debussy ; aux Invalides dans le cadre de la saison musicale du musée de l’armée...

Ensemble, ils abordent un répertoire éclectique allant des grands cycles allemands (Schubert, Schumann Wolf, Brahms, Strauss, …),  à la mélodie française (Fauré, Poulenc, Debussy,

Duparc, …) ainsi que des mélodies contemporaines, mais ne s’interdisent aussi pas d’aborder un répertoire  plus rare  tel que les mélodies de Rachmaninov, Britten ou Théodore Dubois.

En 2013, ils remportent 3 prix au Concours International de Musique de Chambre de Lyon (premier prix, prix du public, prix du mécène principal) ce qui leur permet de se produire  à l’Opéra National de Lyon, à l’Amphithéâtre  Bastille,  à l'Hermitage Theater de St-Petersbourg,  à la Fondation Royaumont,  à la Fondazione Bru Zane de Venise, au Wigmore Hall à Londres,  à Piano aux Jacobins à Moscou,  au Musée du Louvre-Paris et au Musée du Louvre-Lens....

Leur premier enregistrement consacré aux musiciens français de la grande guerre , « Les Clairières dans le ciel » pour les éditions Hortus,  est paru fin 2015 et a reçu un bel accueil de la critique et du public. Le prochain disque sera dédié à Liszt et paraîtra cet automne sous le label Aparté.

C'est le programme de ce disque qu'ils nous proposent ce soir dans le cadre du Musée de la vie romantique.

 

Programme

Franz Liszt  (1811-1886) :  Mélodies et Lieder

 

1.      Hohe Liebe  (LW N18/S307,1850)                                                                   

2.      Jugendglück (LW N61/S323, 1860                                                                   

3.      Liebestraum „O lieb“ (LW N18/S298, 1850)                                                   

4.      Es rauschen die Winde (2e version, LW N33/S294-2, 1860)                            

5.      Die Loreley (2e version, LW N5/S273-2, 1856)                                                

6.      Freudvoll und Leidvoll II (LW N23/S280-2, 1848)                                          

7.   Bist du (LW N21/S277, 1844)                                                   

8.   Schwebe, schwebe blaues Augen (1re version, posthume,

LW N35/S305-1, 1917)      

9.   Der Fischerknabe (1re version, LW N32/S 92-1, 1847)                                     

10.Comment, disaient-ils (2e version, LW N12/S276-2, 1859)

11. Oh ! quand je dors (2e version, LW N11/S 282-2, 1859)

12. S’il est un charmant gazon (1re version, LW N25/S 284-1, 1844)

 13.Enfant, si j’étais roi (2e version, LW N24/S283-2, 1859)

 14. Angiolin dal biondo crin (2e version, LW N1/S269-2 ,1856)                           

 15. Trois Sonnets de Pétrarque (1re version, LW N14/S270-1, 1846)

            - Pace non trovo                                                                                           - Benedetto sia l' giorno

            - In vidi in terra angelico costumi                                                                             

___________________________________

Visite exposition

 Colletion Giampietro Campana (1809-1880)

Mercredi 13 février 2019 à 10h30

Musée du Louvre

Nous avons le privilège de suivre cette visite commentée par Laurent Haumesser, Conservateur en chef du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines.

Un groupe d’environ 20 personnes sera constitué

inscription par courriel obligatoire

 

___________________________________

 

 concert

Lundi 11 mars 2019 19h30

Un salon romantique

 

Marianne Croux, soprano,

Révélation de l'Adami 2017

Anne Le Bozec, piano

 

Programme

 

François Boëly  (1785-1858)

Des 6 Romances avec accompagnement de piano, paroles anonymes :

Dans les cieux

Aux Hirondelles

La fleur la plus belle

Revenez, mes pensées 

 

Manuel Garcia père (1775-1832)

Des 6 Chansons espagnoles,  traduites par  Louis Pomey, arrangées avec accompagnement de piano par Pauline Viardot  (1821-1910) :

Jalousie

La Fleur du Vallon 

Floris 

Silence!

Le Courrier

 

Hector Berlioz  (1803-1869)

Des Nuits d'été, 6 poèmes de Théophile Gautier  (1811-1872) :

Le Spectre de la Rose

Sur les lagunes

Au Cimetière

L'Île inconnue 

 

 

L'Origine de la harpe, d'après Thomas Moore

Ophélie, d'après Shakespeare

Zaïde, poésie de Roger de Beauvoir 

Biographie

© credit photo Caroline Doutre

Anne Le Bozec

Titulaire de trois  1ers Prix de piano, musique de chambre et accompagnement vocal au Conservatoire national supérieur de Musique de Paris  chez Theodor Paraskivesco et Anne Grappotte, ainsi que du Konzertexamen de Lied  à Karlsruhe chez Hartmut Höll, lauréate de nombreux concours internationaux,  dont les concours Wolf/Stuttgart, Nadia Boulanger/Paris, Schubert und die Moderne/Graz), Anne Le Bozec a côtoyé lors de ses études nombre d’artistes  dont  l’influence sera  décisive : Leonard Hokanson, Ruben Lifschitz, Jean Koerner, Tabea Zimmermann, Julia Varady, Dietrich Fischer-Dieskau.

Elle accompagne  en récital  Sabine Devieilhe, Marc Mauillon, Cyrille Dubois, Isabelle Druet, SunHae Im, Didier Henry, Philippe Huttenlocher, Olivia Hughes, Sandrine Tilly, des lieux intimes aux  grandes salles : Cité de la musique, salle Pleyel, Opéra Bastille, Rheingau Musik Festival, Musikverein Wien, Philharmonie de Cologne, Concertgebouw Amsterdam, Palau de la musica Barcelona, Seoul Art Center, Epta Saal Tokyo… Ses disques dédiés au Lied (Schubert, Wolf, Duparc, Szymanowski, Chopin, Brahms, Musiciens de la Grande Guerre), aux programmes   exigeants, font   référence aujourd'hui.

Professeur d’accompagnement vocal au CNSMDP,  elle a dirigé pendant cinq ans l’unique classe allemande de mélodie française, à la Hochschule de Karlsruhe, et enseigne en master-class dans le monde entier. 

 

 

Marianne Croux

Initiée à la musique dès l'âge de 4 ans par le violon et le piano, la soprano franco-belge Marianne Croux se met a la pratique du chant à 14 ans.

C’est au conservatoire de Ciney qu’elle fait la connaissance de Françoise Viatour avant de rentrer dans sa classe à l’institut de Musique, d’enseignement et de pédagogie (IMEP de Namur).

A 18 ans, elle remporte le premier prix au concours Dexia Classics. Celui-ci lui offre sa première tournée belge, et l’honneur de chanter à la Monnaie de Bruxelles, avec l’orchestre de chambre de Wallonie.

En 2011, Marianne  Croux est admise dans la classe de Chantal Mathias au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP).

En 2015, elle profite d’un semestre d’échange avec la Manhattan School of Music de New-York, et étudie avec la mezzo-soprano Mignon Dunn.

En juin 2016,  elle est diplômée du Master en chant avec la mention : Très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury.

Elle rejoint en 2017 l'Opéra studio de Lyon, puis   l'Académie de l’Opéra national de Paris.

Marianne  Croux chante sous la direction de Hartmut Haenchen, Jean-Luc Tingaud, David Reiland, Raphaël Pichon, Emmanuelle Haïm, Cornelius Meister, Kayçal Karaoui, Jean-Philippe Sarcos, Jean Deroyer, Jean-François Verdier, et Alain Altinoglu.

Sa formation de chambriste la mène vers le répertoire de Lieder et de Mélodies dans lequel elle s’illustre en récital dans divers festivals (Belgique, France, Uruguay…)

Révélation lyrique de l’ADAMI en 2017,  elle est lauréate en mai 2018 (6 éme prix)  et prix du public Musiq’3 RTBF du prestigieux concours Reine Elisabeth.

En septembre 2018, elle est élevée au rang d’Officier du Mérite Wallon.

 

Concert

 

Lundi 6 mai 2019  19h30

Le concert se déroulera dans la maison de Geneviève de Tinguy, née Marquet de Vasselot à la veille de la première guerre mondiale dans une famille vouée à l'Art.

 

Brillante, Geneviève Marquet de Vasselot passe son bac en fin de seconde puis fait les seules études que sa famille lui autorise : elle devient infirmière, et s'ouvre déjà largement à l'action sociale. Elle suit des cours d'Histoire de l'Art et obtient son brevet de pilote d'avion, fait très rare pour une femme de son époque. Simultanément, jouant avec talent de la flûte traversière depuis qu'elle est toute jeune, elle s'investit dans le mouvement de la nouvelle musique de l'époque à la Scola Cantorum et surtout auprès du groupe de la Jeune France, patronné en réaction à la musique wagnérienne et du XIXème par Paul Valery, François Mauriac ou encore Georges Duhamel. Les plus éminents compositeurs s'y retrouvent : André Jolivet, Yves Baudrier, Olivier Messian, Daniel Lesur, Jehan Alain, Marcel Dupré, Jean Français ou Dutilleux.

 

Ce mouvement de la jeune France se baptise ainsi en référence au groupe éponyme fondé par Hector Berlioz à l’époque romantique.

 

Ses actions héroïques pendant la Seconde Guerre mondiale ne lui font pas oublier sa passion pour la musique et la paix revenue son salon de Neuilly  redevient le centre d’un foisonnement musical. Elle y organise des concerts jusqu’à ses 90 ans et disparait en 2008, à l’âge de 95 ans.

 

Son salon s’ouvre à nouveau pour une soirée exceptionnelle réservée aux Amis du musée de la Vie romantique.

programme :

Franz Liszt (1811-1886) : Les Préludes, troisième poème symphonique (1854)

Transcription pour violon, violoncelle et piano par Paul Drouet

 

Clémence Mériaux, violon

Jérémie Billet, violoncelle

Paul Drouet, piano

 

 

Frédéric Chopin  (1810-1849) :  Concerto pour piano n°1 en mi mineur op 11

Transcription pour piano et quintette  à cordes  du compositeur (1830-1832)

 

Allegro maestoso

Romance, Larghetto

Rondo, Vivace

 

Clémence Mériaux, violon

 Hugo Boulanger, violon

Sophie Anselin, alto

Jérémie Billet, violoncelle

Lou Dufoix, contrebasse

Paul Drouet, piano

 

 

 

Au XIXe siècle, la transcription des pièces symphoniques est une pratique courante, dans la mesure où elle permet aux compositeurs de faire entendre leurs œuvres dans les salons où se retrouvent  mélomanes,  artistes, intellectuels, et autres personnalités en vue.

Liszt a notamment transcrit ses propres œuvres, dont deux de ses plus beaux poèmes symphoniques, Orpheus et Le Carnaval de Pesth, pour violon, violoncelle et piano. Ces douze poèmes symphoniques écrits à Weimar entre 1849 et 1858, témoignent d'une fascination pour la musique symphonique, où il déploie une orchestration visionnaire qui inspirera plus tard Ravel et Stravinsky.

Notre transcription pour trio des Préludes suit cette lignée des transcriptions de Liszt et a été réalisée en résidence à l'abbaye de Royaumont avec le musicologue Nicolas Dufetel, spécialiste de Liszt.

La transcription pour piano et quintette à cordes  du concerto op 11 de Chopin est celle du compositeur. On sait d'ailleurs que Chopin jouait ses concertos plus volontiers dans cette version de chambre qu'avec orchestre, étant donnée son aversion pour les grandes salles et son goût pour les atmosphères intimistes des salons parisiens.

P.D.

 

 

 

 

 

 

                                                           LES INTERPRETES

 

L'altiste Sophie Anselin poursuit les pratiques artistiques variées qui ont jalonné ses études : la musique de chambre, l'orchestre et l'improvisation libre. Après avoir fréquenté les conservatoires de Saint-Maur, Paris et Aubervilliers  et rencontré entre autres Alain Trésallet, Bruno Pasquier, Fabienne Stadelmann, Luc-Marie Aguera et Philippe Pannier, elle  a intégré la formation au Certificat d'Aptitude au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Elle enseigne actuellement l'alto et la musique de chambre au conservatoire de Massy.

Intéressée par le répertoire symphonique,  elle  a une pratique d'orchestre ponctuelle, notamment avec l'orchestre Pasdeloup et l'orchestre de l'Opéra de Massy. Elle est également membre du Quatuor Ennéade depuis 2015. Cet ensemble forme désormais le noyau d'un collectif de musiciens,  Dialogues, qui a pour but de proposer des événements de musique de chambre à la croisée des arts.

 

 

Jérémie Billet débute le violoncelle au conservatoire de Boulogne-Billancourt dans la classe de Xavier   Gagnepain et intègre ensuite le CNSMDP dans la classe de Jérôme Pernoo où il obtient en 2013 son master mention très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury. Il poursuit ensuite ses études avec le trio Wanderer au CRR de Paris.

Il joue  sur de multiples scènes internationales notamment en Italie, en Espagne, en Russie, au Liban, en Suisse, en Angleterre, en Allemagne, aux Pays- Bas ainsi qu’au Japon.

Invité à de nombreuses reprises à participer à l’ensemble de chambre  « La Folle Journée Camerata », il  rejoint en 2015  la « troupe » du Centre de musique de chambre de Paris implantée à la salle Cortot. Désireux de transmettre sa passion,  il  intègre la formation à l’enseignement au CNSMDP et obtient son Certificat d’Aptitude en 2016.

 

Le violoniste Hugo Boulanger débute la musique dès son  plus jeune âge auprès de sa famille, entièrement    composée de musiciens. Après un 1er Prix de violon au  consservatoire de Boulogne-Billancourt, il est admis au conservatoire Royal de Bruxelles où il obtient un Master avec Distinction, la même année qu'un Prix de Perfectionnement du consservatoire  de Versailles dans le classe d'Alexandre Brussilovsky.

Il  est depuis 2015 le deuxième violon de l'Ensemble 1904 et se produit également dans de nombreux orchestres et autres formations de chambre. Par ailleurs,  il participe régulièrement à des enregistrements et créations de musique à l'image et  enseigne  au conservatoire de Vitry-sur-Seine.

 

Formé au conservatoire de Versailles par Edda Erlendsdottir,  le pianiste Paul Drouet entre au CNSMDP  en 2011 dans la classe de Denis Pascal. Il poursuit ses études en master avec Hortense  Cartier-Bresson. A  l'occasion d'académies et de master-classes, il a pu travailler avec avec des  pianistes tels que  Jean-Claude Pennetier et Jean-Marc Luisada.

Lauréat de la Fondation Royaumont,  il y perfectionne  depuis 2016 le répertoire de Frédéric Chopin sur instruments d'époque avec Edoardo Torbianelli. En 2013 il remporte le 3ème prix du concours Thomas Kutti et se distingue également au concours international d’Epinal en 2017. Il est ainsi invité à se produire comme soliste ou chambriste dans plusieurs festivals en France, en Europe et en Asie. A Paris, il se produit régulièrement au sein de la programmation « Jeunes Talents », ainsi qu’à « L’Heure musicale du Marais ». Passionné de musique symphonique, il étudie la direction d'orchestre avec Mathieu Herzog puis Adrian McDonnell à la Schola Cantorum de Paris. Il dirige les orchestres du conservatoire de Levallois et fonde l'orchestre du Lycée Hoche à Versailles, qu’il dirige depuis 2015.

 

 

Lou Dufoix commence la musique par le violoncelle à l’âge de 6 ans  à Paris  et  décide à 13 ans d’intégrer la classe de  contrebasse de Marie-Christine Dacqui. Elle entre dans le cursus DEM du  conservatoire (CRR) de Paris dans ces deux instruments.

A 19 ans, laissant derrière elle la classe préparatoire littéraire et le violoncelle,  elle  intègre la classe de contrebasse du CNSMD de Lyon. Au cours de ses études, elle effectue une année d’Erasmus à l’Université de musique et d’arts du spectacle de Vienne (MDW). Elle reprend alors le violoncelle et suit les cours de quatuors dans cette même université. En 2015, en parallèle  au  Master 2, elle  entre au  conservatoire  de Rueil-Malmaison en cycle spécialisé dans la classe de violoncelle de Michael Tafforeau.

Elle se forme  toute jeune à l’orchestre et à la musique de chambre,  notamment aux États-Unis et   a participé à l’Orchestre Français des Jeunes, à l’Orchestre de Jeunes des Pays-Bas et au Festival de Verbier. Elle est lauréate de la bourse ExploraSup ainsi que de la bourse Mécénat Musical Société Générale et a eu l’occasion de jouer professionnellement avec l’Orchestre de Massy et l’Orchestre National de Lille.  Elle se passionne également pour la direction d’orchestre, les langues et la pédagogie.

 

 

Clémence Mériaux étudie le violon  au CRR de Paris  avec Christophe Poignet , puis se perfectionne  au Pôle Supérieur de Paris Boulogne-Billancourt dans la classe de Catherine Montier et obtient son  diplôme  en 2014. Elle entre en 2015 à la Hochschule de Freiburg dans la classe de Muriel Cantoreggi.

Ses participations à l’Orchestre Français des Jeunes, à l’Orchestre de Chambre de Paris, lui ont donné le goût de l’orchestre. Elle joue également dans différentes formations de musique de chambre, notamment lors de l'Académie Maurice Ravel de Saint-Jean de Luz, les Rencontres Musicales de Saint Cézaire, les Préludes à l'orchestre de Paris Salle Pleyel.

Elle a eu l'occasion de participer à de nombreuses masters classes avec Annick Roussin, Tedi Papavrami, Ana Reverdito-Haas, Marie-Annick Nicolas, Eric Lacrouts, Alexis Galpérine, Jerrold Rubenstein, ainsi qu’avec le quatuor Ludwig et le quatuor Danel. Clémence Mériaux joue actuellement un violon de Charles Coquet.

 

Concert

Lundi 3  juin

François Dumont, piano

 

Né à Lyon, François Dumont a travaillé avec Pascale Imbert, Chrystel Saussac et Hervé Billaut. Il entre à l’âge de 14 ans au CNSMD de Paris dans la classe de Bruno Rigutto. Et se perfectionne à l’Académie Internationale de Côme auprès de Dmitri Bashkirov, Leon Fleisher, William Grant Naboré, Murray Perahia, Menahem Pressler et Andreas Staier.

Lauréat des plus grands concours internationaux : le Concours Chopin, le Concours Reine-Elisabeth, le Concours Clara Haskil, les Piano Masters de Monte-Carlo, il mène une carrière internationale  avec des  formations  comme le Cleveland Orchestra, l’Orchestre du théâtre Mariinsky, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre National d’Île de France, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre de chambre de Lausanne, avec des chefs tels que Jesùs Lopez-Cobos, Antoni Wit, Julien Masmondet, Arie van Beek, Gilbert Varga, Philippe Benfer, Stefan Sanderling, Mykola Diadura, Olivier Grangean, David Reiland.

François Dumont se produit en récital au festival Piano aux Jacobins à Toulouse, au festival de la Roque d’Anthéron, au Festival Chopin à Bagatelle, au Festival Chopin à Nohant, au Festival Radio-France Montpellier, au Festival l’Esprit du Piano à Bordeaux, au Festival de Besançon, aux Folles Journées de Nantes, aux Journées Ravel de Montfort l’Amaury, au Festival de Ljubljana en Slovénie, au Kennedy Center à Washington. Il est régulièrement invité en Chine, au Japon et en Corée du Sud. Avec Philippe Aïche et Virginie Constant, il fait partie du Trio Elégiaque.

Sa discographie en soliste comprend notamment l’intégrale des Sonates de Mozart, un disque Chopin et deux albums Bach, un album Wagner/Liszt, un double album live du Concours Chopin et l’intégrale de l’œuvre pour piano de Maurice Ravel.

Durant la saison 2018-2019, il se produit notamment avec l’orchestre « Les Siècles » dirigé par François-Xavier Roth (concertos de Ravel et Franck) et joue à  Taïwan, en Italie, Irlande, Luxembourg et en Russie.

Il sera en tournée avec l’Orchestre des Pays de Savoie et le Concerto « Jeune homme » de Mozart et fera ses débuts à la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre Pasdeloup dans le Concerto de Schumann.

 

Laurent Korcia, violon

 

Parrainé dès son plus jeune âge par Pierre Barbizet, Laurent Korcia a étudié au CNSMD de Paris avec Michèle Auclair, elle-même disciple de Jacques Thibaud et Georges Enesco.

Soliste de l'année aux Victoires de la Musique, Chevalier des Arts et Lettres, il reçoit le prix Georges Enesco de la SACEM ainsi que le Grand Prix de l'Académie du disque Charles Cros. 

Il  est invité à jouer en soliste sous la direction  de chefs  comme  Yuri Ahronovitch, Semyon Bychkov, Jean-Claude Casadesus, Stéphane Denève, Charles Dutoit, Daniele Gatti, Valéry Gergiev, Emmanuel Krivine, Louis Langrée, Kurt Masur, John Nelson, Kazushi Ono, Sakari Oramo, Michel Plasson, Manuel Rosenthal, Yutaka Sado, Tugan Sokhiev, Vladimir Spivakov, Yan-Pascal Tortelier, Heinz Wallberg, Walter Weller...Il joue  dans de nombreux festivals : Verbier, Hong Kong, Roma Europa, Saint-Petersbourg, Perth, Wellington...

Depuis son enregistrement des Sonates d'Ysaÿe jusqu'à « BartoKorcia » (Concerto n°2 avec le CBSO et Sakari Oramo, Sonate pour violon seul, Contrastes, Sonate n°1), Laurent Korcia propose par ailleurs des disques qui rencontrent un large public. « Danses »,  « Doubles Jeux », « Cinéma », avec Michel Portal, Jean-Efflam Bavouzet, Tatjana Vassilieva, Michael Wendeberg... ainsi que le Stabat Mater de Bruno Coulais avec Guillaume Depardieu. Son prochain album à paraître est consacré à Brahms (Opus 77/78) avec Zoltan Kocsis au piano et à la direction de l’orchestre national hongrois.

Laurent  Korcia  joue le Zahn, Stradivarius de 1719 qui lui est prêté par le groupe LVMH - Louis Vuitton-Moët-Hennessy.

Programme

Le programme proposé par François Dumont et Laurent Korcia aura ce soir un fort parfum d'Europe centrale et nous mènera de l'Autriche à la Roumanie en passant par la Bohême.

Johannes Brahms n'abordait les genres musicaux qu'après de multiples essais, tout en composant souvent dans la solitude estivale d'une villégiature, à l'attention d'un musicien ami et admiré.

Trois essais seront détruits avant que Brahms n'aborde le genre de la sonate pour piano et violon durant l'été de 1878, en songeant à Joseph Joachim qui venait de créer le Concerto pour violon et qui  déchiffrera la partition  pour la première fois. Elle doit sur surnom de  « Sonate de la pluie » (Regensonate) à  l'emprunt dans ses deux mouvements extrêmes d'un fragment de thème du Lied op.59 n°3, Regenlied, sur un poème de l'écrivain nordique Klaus Groth. Elle en conserve aussi le  lyrisme profond et s'organise autour d'une grande  profusion thématique où d'aucuns ont entendu la mélancolie rêveuse et nostalgique d'une journée pluvieuse d'été...

 

Josef Suk a étudié à Prague, après une première formation de violoniste auprès de son père.

Sa troisième ballade pour violon et piano est une œuvre de jeunesse, alors  qu'il était l'élève de Dvorak. Et fut pensée  initialement pour quatuor à cordes, avec un  premier violon assumant la conduite mélodique d'où sa transcription pour violon et piano.

S'y manifeste le talent mélodique et l'élégance harmonique d'un jeune musicien qui avait beaucoup écouté Brahms, Mendelssohn et son maître Dvorak.

 

D'origine roumaine, Georges Enesco  fit une partie de ses études à Paris où il étudia le violon mais aussi la composition. Il devait mener une exceptionnelle carrière de virtuose de son instrument, mais aussi de chef d'orchestre et de pédagogue, se partageant entre la France et la Roumanie.

Sa troisième sonate pour  violon et piano, terminée en 1926,  est un hommage à son pays natal et son œuvre la plus populaire chez les violonistes, archétype  de la musique des  interprètes  populaires (lautari) de son pays qui avaient charmé son enfance. Enesco a ainsi associé dans cette œuvre la musique de danse qui nourrit le finale et le chant à rythme libre qui construit les deux premiers mouvements.

La partie de violon est particulièrement virtuose, mais on entend surtout dans cette sonate toutes les sonorités des instruments de la musique traditionnelle roumaine, flûtes, cymbalum, voire tout un orchestre au piano.

 

Johannès Brahms  (1833-1897)

Sonate  pour violon et piano n°1en sol majeur,  op.78

Vivace ma non troppo

Adagio

Allegro molto moderato

 

Josef Suk (1874-1935)

Ballade  pour violon et piano en ré mineur,  op.3b

 

George Enesco (1881-1955)

Sonate  pour violon et piano n°3 en la mineur « dans le caractère populaire roumaine »

Moderato malinconico

Andante sostenuto e misterioso

Allegro con brio, ma non troppo mosso

Concert 

 

Lundi 24 juin 2019

Musée de la vie romantique

18h30

concert autour autour d’un buffet dînatoire

Inscription par courriel samvr@outlook.fr

participation: 35 euros.

 

 

Une promenade musicale dans le Paris des romantiques qui,   dans l'effervescence artistique de ces années 1815-1848,  fit de Paris la capitale de la musique,  qu'elle soit jouée dans les salons privées, dans les ateliers, comme celui d'Ary Scheffer,   chez les facteurs de piano comme Pleyel et Erard, Salle du Conservatoire,  Salle Saint Jean à l'Hôtel de ville, à l' Opéra ou au Théâtre italien.

Nul n'y échappait et elle fournissait à toute la communauté artistique le cadre indispensable à son activité  entre amitié et inspiration.

Un programme conçu sans modération pour une nuit d'été ….

Avec des œuvres de Frédéric Chopin, Franz Liszt, Charles Valentin Alkan, Carl-Maria von Weber, Franz Schubert, Jacques Offenbach, Gioacchino Rossini et le jeune Claude Debussy

 

Avec Louise Akili,  Paul Drouet, Alexandre Lory, Pierre Cavion, 

Gael Rouxel,  piano,

Marc-Antoine Novel, Lucien Debon, violoncelle,

Junca Saladina Codina, clarinette,

Lucie Leker,  Clara Bourdeix, violon,

Ting-Ya Wen, marimba,

Camille Toupet, trompette,

Valentin Moulin, trombone....

 

 

18h30

Louise Akili, piano

Marc-Antoine Novel, violoncelle

Charles Valentin Alkan (1813-1888) :

Sonate pour piano et violoncelle, op.47 premier mouvement, allegro molto.

 

18h50

Alexandre Lory, piano

Franz Liszt (1811-1886) / Charles Gounod (1818-1893)  : Valse de  l'opéra Faust

 

19h

Louise Akili, piano

Juncal Saladina Codina, clarinette

Carl-Maria von Weber  (1786-1826) : arrangement pour piano et clarinette du quintette pour clarinette et cordes en si bémol majeur op.34, premier et deuxième mouvements (allegro, fantasia- adagio ma non troppo)

 

19h25

Pierre Cavion, piano

Frédéric Chopin  (1810-1849) : 2ème Scherzo en si bémol mineur op.31

 

19h45

Lucie Leker, violon

Louise Akili, piano

Franz Schubert  (1797-1828) : Sonatine op.137

 

 

20h Entracte

Pendant l'Entracte-Buffet - Dans le deuxième salon , ou à l'extérieur 

Ting-Ya Wen, marimba

Astor Piazolla, (1921-1992) / arr. Eric Sammut : Libertango

Eric Sammut  (1968-) : Améline

 

 

20h45

Paul Drouet, piano

Frédéric  Chopin : Polonaise op.44 en fa dièse mineur

 

21h

Camille Toupet,  trompette

Valentin Moulin, trombone

Louise Akili, piano

Gioacchino Rossini (1792-1868)  

Le duo des chats

 La Cenerentola  -  air Varié pour Cornet et Trompette

 

Jacques Offenbach  (1819-1880)  

Les Voix mystérieuses :

Alfred de Musset : La chanson de Fortunio

Théophile Gautier : Barcarolle     

 

21h30

Gael Rouxel, piano

Lucien Debon, violoncelle

Clara Bourdeix, violon

Claude Debussy (1862-1918)   

Trio pour piano, violon et violoncelle, premier mouvement

Visites expositions 

 

 

Mardi 25 juin à 10h

Georges Dorignac, corps et âmes.

Musée de Montmartre

12, rue Cortot -  Paris 18ème
 

Mardi 2 juillet à 9h30

L’Allemagne romantique

Dessins des musées de Weimar

Petit Palais

5, avenue Dutuit (porte sur l’arrière)

Visite par Gaëlle Rio, commissaire de l’exposition

 

Inscription obligatoire par courriel samvr@outlook.fr

Un groupe de 20 personnes sera constitué pour chacune des expositions

Concert 

 

Lundi 14 octobre 2019

Musée de la vie romantique

19h30

Récital Ambroisine Bré, mezzo-soprano

au piano  Qiaochu Li

 

Ambroisine  Bré est Révélation Classique de l’Adami 2017, lauréate de la Fondation Royaumont et a été nommée en tant qu’artiste lyrique dans la catégorie des Révélations des Victoires de la Musique Classique 2019.

Formée en Chine et en France,  Qiaochu Li a remporté en octobre 2017 le Grand Prix de duo chant-piano du Concours International  Nadia et  Lili Boulanger avec  Ambroisine Bré, ainsi que la Mention Spéciale pour la meilleure interprétation de l’œuvre composée spécialement pour le concours : « Sonnet » de Benoît Mernier.

 

Programme

  « Melancholia »

 

En 1849, dans son roman autobiographique Raphaël, Lamartine écrit : «Il y a des sites, des climats, des saisons, des heures, des circonstances extérieures tellement en harmonie avec certaines impressions du cœur que la nature semble faire partie de l’âme et l’âme de la nature, et que, si vous séparez la scène du drame et le drame de la scène, la scène se décolore et le sentiment s’évanouit.» La nature comme miroir de l’homme, l’homme comme miroir de la nature : ces phrases résument l’un des credos du romantisme.

 

Avec des œuvres d'Hector Berlioz, Jules Massenet, Ambroise Thomas, Charles Gounod, Frédéric Chopin, Richard Wagner, Franz Schubert, Gabriel Fauré, Pauline Viardot, Franz Liszt, Camille Saint-Saëns, Georges Bizet, Henri Duparc.

 



 

  • Twitter Clean
  • White Instagram Icon
  • w-facebook
  • White YouTube Icon